19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 16:13
Les manifestants se déploient à Nantes, sur la place Bretagne

Les manifestants se déploient à Nantes, sur la place Bretagne

Des premiers tramways déversant sur la place Bretagne les premiers flots de gwenn ha Du aux prises de paroles d'associations, d'élus, ou des employés du site SEITA sous menace de fermeture, ces premières photos témoignent de la montée en puissance de la revendication d'unité de la Bretagne et d'un soutien populaire qui,non seulement continue de mobiliser toutes les générations mais qui, plus qu'aucune autre fois auparavant, démontre que la réunification n'est pas une revendication isolée dans l'actualité.

Si l'identité y a logiquement sa part, c'est un des aspects d'une puissante volonté de vivre, et de vivre mieux, ensemble. Les entités administratives sans identité ni histoire rêvées par M. Auxiette et consorts n'ont même pas l'ombre de cette puissante volonté à montrer... Et après les coups fourrés que personne n'a oubliés, le niveau d'exigence et d'urgence monte inexorablement.

Jusqu'au départ du cortège, et sans doute bien après, les manifestants continuaient d'arriver par groupes compacts de plusieurs dizaines ou centaines de personnes.

Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.
Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.

Vues du début de la manifestation pour la réunification, à Nantes, le 19 avril. D'autres nous montreront le définé et évoqueront les estimations de participation, avec plus ou moins de fiabilité.

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS - dans Réunification
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 03:46
N'oubliez pas : je vous attends demain ! - Invitation au bas de cet article.

N'oubliez pas : je vous attends demain ! - Invitation au bas de cet article.

Maître indiscuté de l'humour vache, le Général de Gaulle disait du dernier président de la Troisième République, Albert Lebrun, qu'au fond, "Comme chef de l'État, deux choses lui avaient manqué : qu'il fût un chef et qu'il y eût un État".

La formule pourrait être adaptée à l'entité administrative des Pays de la Loire, à l'intention de ceux qui la confondent encore avec une vraie région. Encore faudrait-il qu'elle fût une région...

Les adversaires de la réunification, qui insistent lourdement sur le fait qu'une identité (ou une histoire) ne suffit pas pour faire une région, démontrent par le fait même que la Bretagne, elle, en a une. Ils peinent en revanche à préciser ce qui lui manque !

L'argument de la taille, par exemple, qui a longtemps servi, est maintenant mis en pièces par M. Auxiette lui-même, qui reprend au bénéfice de son entité les comparaisons bretonnes avec les autres régions d'Europe ou les États admis à l'ONU (population, surface). Hommage du vice à la vertu ?

Le président du conseil régional des Pays de la Loire porte un autre coup, particulièrement pervers, à son entité, lorsque, prenant en paroles ses distances avec le "Grand Ouest", il déclare que d'autres rapprochements sont envisageables pour l'actuelle circonscription : avec la Haute ou la Basse-Normandie, le Val de Loire ou le Poitou-Charentes. Peut-on confirmer plus clairement que les Pays de la Loire sont tout sauf irremplaçables ?

Quant aux bonnes politiques publiques que les Pays de Loire associent sans vergogne à leur découpage, convenons qu'il n'a jamais été nécessaire, quand on roule dans une voiture volée, de conduire n'importe comment...

Allez, postez, c'est pesé, et n'oubliez pas : à demain à Nantes !

La petite chose qui a manqué aux "Pays de la Loire" pour être une vraie région...

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS - dans Réunification
commenter cet article
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 03:47
Les tunneliers comme ce NOLWENN T6 percent le sol de l'Île-de-France en s'aidant de boues argileuses qui facilitent la pénétration et durcissent en séchant après le passage de la machine, ce qui réduit les travaux de consolidation post-perçage. Le contexte visuel est déformé par l'objectif à courte focale (grand angle).

Les tunneliers comme ce NOLWENN T6 percent le sol de l'Île-de-France en s'aidant de boues argileuses qui facilitent la pénétration et durcissent en séchant après le passage de la machine, ce qui réduit les travaux de consolidation post-perçage. Le contexte visuel est déformé par l'objectif à courte focale (grand angle).

Apparemment aussi naïfs que sincères, nos militants anti-aéroport soutiennent sans ciller que le transfert de Nantes-Atlantique au nord de la Loire ne changerait rien à la fréquentation de l'aéroport "imposé par Paris dans l'intérêt de Vinci et du capitalisme en général". Quitte à admettre curieusement que ce transfert gêne en revanche les habitants du sud-Loiore...

Mais comment gagner de 20 mn à une heure - selon les jours et les heures - depuis Lorient, Quimper ou Saint-Malo pourraît-il être sans effet positif pour un accès accru à l'aéroport, donc l'accueil de passagers plus nombreux et par conséquent la possibilité d'ouverture de nouvelles lignes directes ?

Sur la santé financière de Vinci et la part modeste que peuvent y avoir nos aéroports, on peut disposer d'informations comme celle-ci.

Le "voulu par Paris" ne colle pas du tout avec l'opiniâtreté dont font preuve depuis cinquante ans  les lobbies franciliens - à commencer par la Chambre de commerce de Paris, Aéroports de Paris et Air France - pour poursuivre l'extension des aéroports franciliens et bousculer toutes les barrières mises sur leur chemin pour la freiner.

Tout au plus la pression de nos collectivités a-t-elle pu entraîner l'adhésion précaire de quelques ministres et administrations plus sensibles que d'autres à l'équilibre et à l'avenir des territoires. "Paris", ce n'est pas cela !

La vérité est que la centralisation aérienne couronne celle des autres modes de transport, avec pour Paris et son arrière-cour les mêmes avantages concurrentiels, et la même volonté jalouse de garder en mains tous les atouts.

C'est pénétré de la même conviction que j'ai peine à identifier la part de sincérité qu'il peut y avoir dans l'affichage gouvernemental d'une ouverture vers la réunification de la Bretagne, réunification qui est l'antithèse du découpage caporalisant que nous avons actuellement sous les yeux et qui protège les centralisations évoquées ci-avant.

Méfions-nous des illusions qui nous sont espérer d'une centralisation accrue des progrès pour la Bretagne.

Pendant que nous échangons nos atouts contre des moratoires, l'Île-de-France des actionnaires accroît avec notre argent sa mainmise sur nos territoires, finance ses contournements et ses traversées : il lui faut pouvoir aller vite, de l'ouest des coffres à l'est des auroroutes, des trains, des pistes et des plus petites gens...

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS - dans Transports
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 14:08

Vexé comme un pou, comme dirait sans doute ma mère si elle était encore de ce monde, Jacques Auxiette - qui n'a visiblement pas été consulté ou entendu par le nouveau premier ministre, ne veut pas avoir l'air d'adhérer au "démantèlement" de ses "Pays de la Loire".

Pour essayer d'empêcher la "vente à la découpe" de sa région-coquecigrue1, et sans doute pire encore la réunification de la Bretagne; il convoque pour le 13 mai prochain une réunion extraordinaire de son conseil "régional".

Avis aux amateurs.

____________________

(1) - La coquecigrue est un animal imaginaire composé de parties du corps de plusieurs animaux existants. Une belle définition des "Pays de la Loire" !

Panique à bord : réunion extraordinaire du conseil régional des Pays de la Loire le 13 mai

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS - dans Réunification
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:54

La réunification est caricaturée par les tenants de la centralisation : la Bretagne serait trop grande, trop petite, trop elle-même et la meilleure : repliée sur elle-même ! Et ils suggèrent dix autres "solutions" pour l'écarter. En insistant sur la "coopération".

Tope-là ! La réunification n'interdit pas les coopérations, au contraire ! Mais hors des schémas centralisateurs qui ne profitent qu'au Club des Privilégiés de l'ouest parisien, et aux jacobins qui les servent :

Pour une illustrations agrandie, cliquez ici.

.

.

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS - dans Réunification
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 10:08

L'animation enclenchée en cliquant sur le lien ci-dessous vous fera "voir" la croissance de Paris et de sa région, en continu, depuis 1800.

C'est le produit de la centralisation politique et plus encore de la centralisation des transports (voir les accélérations spectaculaires à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle avec le développement rapide des lignes radiales en étoile autour de Paris, générateur de concentration des emplois).

Le Grand Paris, les LGV radiales, les transversales délaissées, c'est la certitude que ce scandale français va encore s'amplifier..

L'Île-de-France absorbe déjà chaque année 30 % des ressources de la France pour les dividendes de ses actionnaires, pour les hauts revenus d'une grosse poignée de ses habitants, pour ses accès et ses traversées, pour adapter ses équipements à sa croissance.

Arrêtons cette spoliation sans attendre !

.

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS - dans Centralisation
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 04:31
"...L'ombre du grand Victor** sourit de cet article."
Alfred de Vigny me pardonnera de pasticher son célèbre poème Le Cor, et son apostrophe "Roncevaux, Roncevaux, invoquant "l'ombre du grand Roland"...
L'article dont le titre est joint se passe de commentaires sur la coopération à attendre de la "Haute Assemblée" pour faire évoluer le "millefeuille" institutionnel français.
Les sénateurs, qui se sont aussi illustré pas leurs réticences devant la limitation du cumul des mandats, ont également plusieurs fois bloqué les processus tendant à la réunification de la Bretagne.

_______________

* : Le Sénat et ses services sont installés au Palais du Luxembourg, dans le 6ème arrondissement de Paris.

** : Victor Hugo a été sénateur de 1876 à 1885.

Titre d'un article publié dans Le Monde daté des 13 et 14 avril 2014.

Titre d'un article publié dans Le Monde daté des 13 et 14 avril 2014.

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS - dans Politique
commenter cet article
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 13:16

Dans un article du 17 février dernier, je montrais que c'est avec une coupable légèreté que l'Observatoire des Inégalités classait la commune de Saint-Herblain au ...troisième rang des communes françaises pour la valeur moyenne du patrimoine taxé à l'im^pôt de solidarité sur la Fortune (ISF).

L'erreur était patente : les auteurs de l'article établissaient en effet leur classement en fonction de la moyenne des seuls redevables de l'ISF, sans tenir compte de leur nombre dans la commune. Or, Saint-Herblain en a très peu (78 pour 43 000 habitants, et il suffit que deux ou trois d'entre eux - voire un seul - aient un très gros patrimoine pour que la moyenne de ces soixante-dix-huit-là place "la commune" sur le podium. Mais il s'agit alors de la valeur de quelques patrimoines individuels, et pas de la valeur moyenne des patrimoines herblinois !

Le quotidien Ouest-France, dans son édition du dimanche 13 avril, fournit l'occasion de prendre une meilleure mesure de la "richesse" de Saint-Herblain, en publiant (p. 8) la liste des 102 premières communes de Loire-Atlantique classées dans l'ordre décroissant de la proportion des foyers imposés - pour les revenus de 2011 - dans la plus haute tranche d'imposition à l'impôt sur le revenu. Et notre commune se situe au 75ème rang, avec 0,83 % de ses foyers imposés dans cette tranche la plus élevée, ce qui est une meilleure manière de situer la part de l'aisance individuelle dans la richesse d'ensemble de la commune. O,83 % de 23 606 foyers imposables !

Saint-Herblain se trouve ainsi loin derrière les quatre communes du département où les foyers imposés dans la plus haute tranche de l'impôt représentent plus de 4 % des foyers locaux : Sautron, Sucé, La Baule et Basse-Goulaine.

On se reportera bien sûr à l'article d'Ouest-France pour plus de précisions.

Sur la carte ci-jointe, élaborée à partir des chiffres publiés par Ouest-France dimanche sur un fond de carte emprunté à l'Atlas départemental publié sur le site du département, les communes sont colorées :

. en vert si leur pourcentage de foyers imposés dans la tranche la plus élevée est égal à cekui de Saint-Herblain (0,83),

. en jaune si ce pourcentage est entre 0,83 et le double,

. en orange clair s'il est compris entre deux et trois fois le pourcentage de Saint-Herblain,

. en orange foncé s'il est compris entre trois et 4 fois le pourcentage de Saint-Herblain,

. en rouge s'il est supérieur à 4 fois le pourcnetage de Saint-Herblain,

. en bleu clair s'il est entre la moitié du pourcentage de Saint-Herblain et ce pourcentage lui-même,

. en blanc s'il est inférieur à la moitié du pourcentage de Saint-Herblain.

"Richesse" de Saint-Herblain : la vérité de l'impôt sur le revenu.

Cliquez sur ce lien pour obtenir une carte légendée en plein écran.

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS - dans Inégalités
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 07:37

Après tout ce que nous avons défait !..."

Pour sourire plus sûrement, tous à Nantes samedi !

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 10:04
Bertrand Affilé, taillé sur mesure pour cette écharpe, non ?

Bon, j'avais loupé la photo du changement de fauteuil, mais cette photo - à la même date, je pense - est parfaitement dans le ton : l'écharpe a encore un pli de neuf, mais pour le jeune garçon du Village Expo, ça n'en fait pas un ! (photo Ouest France).

Partager cet article

Published by Michel FRANÇOIS - dans Elections
commenter cet article

Entre nous...

Ces pages vous permettront de mieux connaître votre élu, peut-être de mieux connaître l'Union démocratique bretonne. Si vous le souhaitez, elles me permettront de mieux vous connaître ou de connaître ce qui vous intéresse. N'hésitez pas par exemple à laisser un message, ou un commentaire au bas d'un article.



Nous parlerons beaucoup de Saint-Herblain, sans répéter tout ce qui se dit ou s'écrit ailleurs. Et  de l'agglomération, de la Bretagne, des "Pays de la Loire" créés pour la gommer en Loire-Atlantique, d'économie, de culture, de patrimoine, de budget quelquefois, Sur beaucoup de sujets, je vous proposerai des documents, des images, des liens vers des sites qui peuvent vous intéresser, etc.

Merci de votre patience, et à bientôt...

Michel FRANÇOIS.
11 octobre 2009

Recherche

Sur votre agenda

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog